Guaraná

Guaraná

Guaraná

Découvert par le botaniste allemand F. C. Paullini, le guaranazeiro est un arbuste que l’on trouve au Brésil, en particulier dans la région amazonienne, et au Venezuela. Son fruit, le guarana, est relativement petit, a une peau rouge et une pulpe blanche. Le guarana ressemble beaucoup à la forme d’un œil.
Les Guaranazeiros s’adaptent bien dans les climats chauds et humides, avec des températures moyennes de 26ºC.
La récolte du guarana se fait manuellement, en enlevant grappe par grappe.
Après cela, les grains sont encore fermentés et séchés, ce qui donne du grain de guarana rôti.
Le guarana appartient à l’espèce Paullinia cupana Kunth et a comme synonyme hétérotype Paullinia cupana var. sorbilis (Mart.) Ducke et Paullinia sorbilis T. Mart. Le guarana est présent dans la région nord du Brésil, dans les États d’Acre, d’Amazonas et de Pará, étant présent dans les forêts de riprique, les terres arides et dans la plaine inondable de l’Amazonie.

Quel état brésilien va produire le plus de guarana ? 

C’est Bahia qui est entrain de devenir le premier producteur de guarana et guarana en poudre du Brésil.
Le Comptoir de Toamasina va directement acheter chez le producteur le guarana en poudre et vous propose la meilleure qualité.
Découvrez notre article sur la meilleure gousse de vanille au monde.

La teneur en caféine du guarana ? 

Cette petite graine va contenir une teneur élevée en caféine (2 à 5% contre 1 à 2% du café), ce qui lui donne la capacité de diminuer la fatigue physique et mentale, de produire une pensée plus rapide, entre autres. L’œil de la forêt  a également une action tonique cardiovasculaire, des diurétiques, aide à lutter contre les crampes et les migraines. Il est utilisé dans la fabrication de sirops, de barres, de poudres, de boissons gazeuses et de l’industrie pharmaceutique.

Une graine avec une puissance aromatique rare

C’est une plante connue pour être cultivée par les peuples indigènes brésiliens depuis longtemps principalement à Maués, dans l’État d’Amazonas.

Le Brésil est le seul pays à produire du guarana à l’échelle commerciale et les principaux États producteurs se situent entre Bahia, Mato Grosso, Amazonas, Acre et Pará.

Il utilise les fruits, plus précisément la graine, qui est écrasée après avoir été séchée et ensuite il sera mis en poudre.

Les fruits sont récoltés manuellement lorsqu’ils sont mûrs et rassemblés dans des récipients où de l’eau est ajoutée pour faciliter la séparation de la pulpe et de la graine.

Après ce traitement, les graines sont prises pour sécher au soleil et sont transférées dans des pots en métal ou des fours en argile, où elles seront grillées.

Après refroidissement, les graines sont emballées dans des sacs de jute voir en fibres végétales et transportées vers d’autres centres, où elles sont transformées en poudre au moyen de moulins électriques.

Environ 70% de la production totale est absorbée par l’industrie des boissons gazeuses et les 30% restants approvisionnent le marché national et étranger, sous forme de poudre, de canne, d’extrait et de sirop.

La poudre de l’œil de la forêt est utilisée en médecine traditionnelle comme aliment diététique, stimulant organique (car elle contient de la caféine), analgésique, antipyrétique, antifermentatif, diurétique, antioxydant, tonique vasculaire et considéré comme élixir à longue durée de vie.

La caféine, l’un des composés chimiques du guarana, est une substance psychoactive, un alcaloïde dérivé de bases puriques, identifiée avec la structure 1,3,7-triméthylxane, est présente dans les graines de guarana et dans environ 63 autres espèces végétales.

La recherche scientifique indique des résultats positifs sur les effets possibles de la consommation de cet œil de la forêt. Les résultats sont liés à une amélioration dans les cas de maladies métaboliques cardiovasculaires, liées au métabolisme des lipides et à l’oxydation des protéines de haute densité, à l’activité biologique antioxydante des polysaccharides, à l’effet protecteur du fibroblaste NIH-3T3 et à l’amélioration des patients atteints de cancer des sinus subissant un traitement de chimiothérapie.

Les extraits de guarana et leur utilisation actuelle comme boisson et autres formes de consommation sont considérés comme bénéfiques pour la santé humaine. Cependant, à fortes doses, ils peuvent provoquer un effet cytotoxique. Des doses allant jusqu’à 20 mg/mL d’extrait de guarana ont des impacts plus faibles sur la viabilité des cellules NIH3T3, ce qui indique une toxicité plus faible dans cette gamme de doses. La consommation de guarana a connu une augmentation importante, tant au Brésil qu’à l’étranger. La structure chimique du guarana est principalement insaturée, donc sensible à l’oxydation. Les tribus indigènes utilisent encore le guarana produit sous sa forme traditionnelle sous la forme de bâtonnets fumés qui sont préparés à la main à partir de graines séchées et broyés dans un pilon en bois et soumis à un fumage dans des fours. Les Indiens râpent les bâtons de guarana sur la langue sèche du poisson pirarucu pour les rituels, pendant la pêche et la chasse aux animaux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.